Conseils avant édition
A lire avant de publier
une correctrice à votre disposition


Est-ce qu on peut vivre de ce métier de correcteur ? Vivre de la correction?
Bonjour,

peut-on vraiment vivre de ce métier de correctrice indépendante?
j'hésite à me lancer surtout qu'après lecture de plusieurs sites d'information, il me semble que c'est un métier particulièrement éprouvant!
Merci de partager votre expérience.

Cousli



Ajouter un commentaire

-- du 08 aout 2013 à 19 : 54
par Aurélie : lentièrement d'accord : se faire payer intégralement à la commande est devenu presque indispensable !

- le 26 octobre 2012 à 06 : 49
par diane : nous nous sommes croisées en septembre 2009 ?.

-- le 05 septembre 2012 à 11 : 19
par Hugot Denis : Bonjour,

Je partage globalement ce qui est dit au-dessus. Un conseil : pour éviter les problèmes de paiement, le mieux est de se faire payer intégralement à la commande.

Bonne continuation à tous et à toutes...

Cordialement,

Denis Hugot

- le 08 juillet 2011 à 12 : 05
par Marie : Chère consoeur,

Côté expérience, c'est la même chose que vous, à part le fait que je n'ai pas encore rencontré de mauvais payeur. Certains sont un peu en retard parfois...

N'aurions-nous pas tout à gagner en nous unissant et en pratiquant tous des tarifs et des conditions de vente sinon identiques, tout au moins similaires ?
Face à l'effrayante diversité des tarifs pratiqués et à celle des bases de calcul (au mot, à la page, au mille de signes), ne devrions-nous pas songer à créer une entité (syndicat professionnel ou autre type d'organisme) qui nous donnerait des bases de calcul semblables et veillerait à nos intérêts communs en matière de retraite, RSI, assurances... et pourrait même, à terme, ester en justice contre nos mauvais payeurs ? Ainsi, nous ne serions pas contraints de niveler nos prix par le bas pour « arracher » des marchés et de facturer à des tarifs frisant l'indécence (dans un sens comme dans l'autre, car on voit de tout en la matière). En effet, quand on refait les calculs, on s'aperçoit que bon nombre de nos confrères (et surtout consœurs...) sérieux et appliqués gagnent finalement moins que le SMIC horaire !
Parmi les correcteurs il faut distinguer ceux qui travaillent fort bien, mais n'hésitent pas à remettre l'ouvrage sur le métier, quitte à perdre du temps et de l'argent, de ceux qui se contentent de « Prolexiser ». Les premiers facturent beaucoup moins d'heures que celles réellement passées et finissent par gagner moins que ceux qui survolent...
Or, c'est sur le critère de la qualité que le jugement des clients devrait porter, pas sur celui du tarif pratiqué.
Je vous invite à faire passer ce message, il y a certainement du travail pour tous, à condition de tous vouloir faire du bon travail au bon prix.

Bien cordialement,

MI

- le 26 juillet 2010 à 20 : 09
par : Hé oui toujours éprouvant car toujours précaire d'être indépendant. On ne peut pas compter sur un salaire précis qui tombe chaque fin de mois et la crainte du manque est assez paralysante.
Mais être indépendant a ses avantages bien sûr! Etre son propre est un luxe, cher payé parfois, mais un véritable luxe.
Pour ça, je continuerai à essayer de vivre (survivre) dans cette indépendance malgré les difficultés.
Pour l'instant, ce n'est pas facile fianacièrement parlant mais j'y gagne en qualité de vie.
Alors vive le travail à domicile!



- le 19 juillet 2010 à 19 : 02
par indépendant : Pourquoi ne pourrait-on pas vivre du métier de correctrice indépendante ?
Il existe bien d'autres indépendants !!!
C'est toujours éprouvant !



Si vous souhaitez aborder un autre sujet : Vous pouvez débuter un nouveau sujet en respectant le thème du site.
sur le forum : Ne pas confondre Montaigu de Quercy et Montcuq-en-Quercy-Blanc
LIRE